Feeds:
Articles
Commentaires

Archive for the ‘Musique’ Category

Minuit passé

Publicités

Read Full Post »

ça donne envie de…de…

…de danser…tout-de-suite, là, maintenant…;-)

Read Full Post »

Joan Sutherland est une cantatrice australienne, née le 7 novembre 1926 à Sidney et qui nous a quittés, cette année, le 10 octobre 2010. Surnommée la « Stupenda » (la stupéfiante), sa voix magnifique a mis de la lumière sur un grand nombre d’opéras de Bellini, Verdi, Puccini, Mozart…La voici dans Il dolce suono, l’air de la folie de Lucia di Lammermoor, air qui a notamment été repris par la cantatrice Inva Mula dans le film le 5ème élément de Luc Besson. En écoute…désolée, mais je n’ai pas trouvé de vidéo des enregistrements des années 60, période où sa voix était la plus belle, je trouve.

J’en parle aujourd’hui parce que je ne suis pas sûre de pouvoir en parler demain. Et puis, parfois, l’horloge est à contretemps, la musique aussi et ce n’est pas plus mal comme ça.

 

 

Read Full Post »

A l’heure où certains politiques mal embouchés ont décidé d’étrangler la culture du caillou, il n’est pas inutile de rappeler que nous sommes aujourd’hui le 9 novembre…Schicksalstag, le jour du destin pour les Allemands, celui qui reçut les ténèbres de la Nuit de Cristal mais aussi celui, lumineux, qui vit des mains serrer d’autres mains au-dessus d’un mur et un peuple reprendre son « destin commun ». Respiration, air, expiration…Wind of Change.

 

A l’heure où certains scorpions ne pensent qu’à attiser le communautarisme, à diviser pour mieux régner et à dilapider l’argent public pour asphyxier le citoyen de propagande médiatique sécuritaire et d’émissions télévisées pour benêts, il n’est pas vain de rappeler que le 9 novembre 2008, Zenzi, la « Mama Africa », la divine Miriam Makeba fut prise d’un malaise après un concert en soutien à Roberto Saviano, l’auteur du film Gomorra, menacé de mort par la mafia napolitaine. Elle décédait quelques heures plus tard.

A l’heure où les chiffres, les statistiques, les tableaux de bord tuent le rêve et la créativité, où une pensée unique et abrutissante est mise en place pour protéger des privilégiés et contrôler ce qu’ils appellent avec mépris le troupeau, j’en appelle à l’union et à la résistance de tous ceux qui aiment l’art, la diversité, l’écriture, la peinture, la musique, la sculpture. La censure est en train de s’abattre sur les langages du coeur qui relient les hommes et les femmes, quelles que soient leur origine et leur couleur de peau. Si les politiques, le nez enfoncé dans le guidon de l’ère du toc et de l’instantané, considèrent que l’art et la culture sont subversifs, ils feraient bien aussi de se remémorer ce que disait Edouard Herriot : « La culture, c’est ce qui reste quand on a tout oublié ». Un remède contre l’Alzeihmer précoce dont certains semblent déjà sérieusement atteints.

 

 

Read Full Post »

Read Full Post »

Requiem for a dream

 

J’ai vécu fiévreuse                                              Je vis sur mes terres

Dans un HLM gris                                               Comme une pauvre mendiante

Dans des rues dangereuses                                 Sous le son des tazers

Les flics se glissaient                                           Les médias me hantent

Flashball sur la ceinture                                      Mon cerveau est en ruine

Dans les cages d’escalier                                     Sous les écoles encore fumantes

Nous enseigner la fracture                                  C’est mon futur qu’on assassine

 

On m’appelait                                                         On m’appelait

La cité des libertés                                                  Capitale des Lumières

Tout s’est effacé                                                     Dieu, que tout se perd

On m’appelait                                                         Je m’appelle Paris

Capitale des Lumières                                             Et je suis tombée

Dieu, que tout se perd                                            Sous le feu des condés

 

Je m’appelle Paris                                                    Je m’appelle Paris

Et je suis tombée                                                    Princesse décérébrée

Sous le feu des condés                                            Même Marianne m’a oubliée

Sous le feu des condés                                            M’a oubliée

Je m’appelle Paris                                                    Mes rêves de démocratie

Princesse-sécurité                                                   N’intéressent plus personne

Esméralda m’a oubliée                                            Ils ont tout détruit

M’a oubliée                                                             Ils ont tout détruit

 

 

Je m’appelle Paris

Et je suis tombée

Sous le feu des condés

Sous le verbe en anglais

Je m’appelle Paris

Marianne décapitée

Versez l’absynthe

Pour oublier

Pour oublier

 

Version originale « Je m’appelle Bagdad ». Tina Arena/Elodie Hesme.

Read Full Post »

Read Full Post »

Older Posts »